Nos critiques DVD
Nos critiques Blu-ray Disc
Nos critiques CD Audio

 


Verdict DS
Zelda revient sur DS et DSi après une première aventure passionnante, acclamée massivement par la critique et les joueurs du monde entier. S’il ne faisait aucun doute que Nintendo reprendrait l’excellent gameplay de « Phantom Hourglass », l’éditeur ne se contente pas de faire du neuf avec de l’ancien, mais innove à nouveau avec quelques idées brillantes. Tenez-vous prêt, car « Spirit Tracks » vous emmène pour un tout nouveau voyage, en train cette fois...

« The Legend of Zelda : Spirit Tracks » se déroule environs 200 ans après les évènements de son prédécesseur : « Phantom Hourglass ». Vous incarnez bien sur une fois encore Link (qui prendra le nom que vous donnerez à votre fichier en début de partie), qui est ici un jeune conducteur de train fraichement diplômé, et qui va devoir pour le coup assumer son destin et sauvez, pour ne pas changer, la princesse Zelda à nouveau en danger. Mais vous ne serez pas seul pour traverser les épreuves qui vous attendent, car pour la toute première fois dans la série, Zelda, ou plutôt son esprit dirons-nous, restera à vos cotés. Ce dernier jouera d’ailleurs un rôle essentiel dans l’accomplissement de votre quête en prenant possession du corps de certains ennemis afin de vous venir en aide. Nous n’en dirons pas davantage afin de ne pas vous gâcher la surprise.

Votre mission, avant de s’accomplir, devra passer par l’exploration de 4 contrées, débloquant chacune un échelon vous rapprochant de votre but. Pour y parvenir, vous retrouverez bien sur les classiques épées, boucliers, boomerang, lasso ou encore sac à bombes, mais vous ferez également la connaissance de nouveaux alliés comme une flute magique (appelée Flute de la Terre), ainsi qu’une « Hélice des Bourrasques ». Pour ces deux derniers équipements, il vous faudra souffler sur votre console, au sens propre...

Mais ce qui caractérise aussi et avant tout ce nouvel opus, c’est le fait de se déplacer maintenant non plus en bateau mais en train. Un cheminement qui peut de prime abord paraître bien plus linéaire, mais qui n’en est rien au final. Les possibilités de déplacement sont nombreuses, et les haltes multiples. Heureusement, vous ferez rapidement l’acquisition d’un canon pour vous défendre. Vous pourrez par la suite, grâce à un personnage déjà rencontré dans « Phantom Hourglass », améliorer votre moyen de transport. Il vous faudra pour cela collecter un maximum de trésors aux quatre coins du monde. Une collecte indispensable si vous souhaitez ne pas finir en charpie au bord de la voie ferrée.

Bien entendu, les donjons aux énigmes tortueuses, les boss d’anthologie et les innombrables quêtes annexes répondent eux aussi à nouveau présents. Collection de tampons, chasse aux lapins, et même agence matrimoniale, les défis seront nombreux en variés une fois encore. Vous pourrez aussi vous affronter à plusieurs (jusqu’à 4 joueurs) dans un mode multi appelé « Combat ». Suivant différentes règles, vous devrez rester le dernier vivant ou pousser vos adversaires à la faute. Un plus appréciable, qui prolonge substantiellement la durée de vie du titre. Une option permet également d’échanger ses trésors avec d’autres joueurs, afin de compléter son inventaire en vue d’améliorer sa locomotive, son canon ou sa voiture.

> Graphismes
Graphiquement pas de véritable changement. Des visuels toujours aussi adorables et colorés, et des animations une fois encore exemplaires. Si vous aviez été séduits pour « Phantom Hourglass », « Spirit Tracks » vous fera lui aussi craquer.
> Bande son
Là aussi, les thèmes récurrents de la saga restent présents, parfois réorchestrés, parfois non, et s’étoffent de nouvelles mélodies au charme évidement ravageur. L’apport de la Flute de la Terre livre une tonalité inédite forte appréciable. Les dialogues sont cependant toujours muets, mais les quelques cris et exclamations venant des personnages sont néanmoins du plus bel effet.
> Maniabilité
Une fois encore rien à redire là-dessus, c’est tout simplement exemplaire. Les choses sont expliquées au fur et à mesure de votre voyage et si ce n’est quelques passages un poil plus délicats, du bien souvent à la petite taille de l’écran, la maniabilité n’est à aucun moment problématique. Les actions sont nombreuses et variées, et toutes s’expriment avec aisance à la pointe de votre stylet. Assurément, tout comme son prédécesseur, un modèle du genre sur DS.
> Durée de vie
Terminer l’aventure principale vous demandera une quinzaine d’heure environs. Cela dépendra bien sur de votre assiduité à remplir les quêtes annexes qui vous seront proposées. En allant droit à l’essentiel comptez 10-12 heures, et 18-20 heures si vous désirez tout découvrir et explorer. A cela il faut encore ajouter le mode multi joueurs « Combat », qui dépend lui davantage de votre nombre d’amis (mode également accessible en téléchargement 1 carte sans fil DS).
>> En conclusion - 9/10
En conclusion, difficile de ne pas succomber une fois encore au charme de ce nouveau Zelda sur Nintendo DS. « Spirit Tracks » apporte suffisamment de nouveautés pour ne pas avoir l’impression de participer à une version revisitée de son prédécesseur. Les ajouts sont significatifs et judicieux, l’aventure passionnante, et la durée de vie conséquente. On ne pouvait clairement rêver plus abouti. « Spirit Tracks » se positionne donc comme le parfait annonciateur du futur Zelda à venir sur Nintendo Wii. Découverte, très attendue, courant 2010. Précisons enfin qu’une édition Collector exclusive, (voir photo sur le blog de la rédaction) incluant 2 figurines et une magnifique boite métallique, est également disponible. Une édition certainement déjà épuisée en magasins au moment où vous lirez ces lignes, que l’éditeur nous a très gentiment envoyée pour promo. Merci Nintendo !

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Les logos et images présents sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.